2755.

Don du sang : merci à Julie, Georges, Bob, Isabelle… et tous les autres !

05.12.2019

Le don du sang est au cœur de la campagne de communication que lance la Croix-Rouge. Elle vise à attirer de nouveaux donneurs pour assurer l’autosuffisance du Luxembourg,

en plus de remercier les donneurs existants. Le don du sang est un geste important: il sauve des vies… Et l’on a rarement l’occasion de sauver une vie.

Cette campagne s’accompagne de la mise en ligne d’un nouveau site web dédié au don du sang: www.dondusang.lu.

En augmentant le nombre de donneurs de sang et la fréquence des dons des donneurs existants, il sera possible de mieux garantir l’autosuffisance du pays en produits sanguins. En remerciant des donneurs qui ont surmonté leurs craintes ou les obstacles au don, la campagne, lancée le 18 novembre, veut également inciter les « non-donneurs hésitants » à franchir le pas. Les visuels et les messages se veulent à la fois marquants, légers et sérieux, sans être choquants ou agressifs.

Pour le docteur Anne Schuhmacher, directrice médicale du Centre de Transfusion sanguine de la Croix-Rouge luxembourgeoise, « on ne réalise pas assez que quelqu’un qui donne son sang sauve une vie… Il n’y a pas besoin d’être un pompier ou un chirurgien pour réussir cet exploit. Un don de sang, c’est jusqu’à trois personnes qui peuvent être traitées, alors qu’elles affrontent des problèmes de santé souvent vitaux! Nous avons eu en 2018 plus de 13.000 donneurs… Donc, d’une certaine manière, 13 000 sauveurs de vie! »

En effet, le sang est une substance qui ne peut pas être fabriqué et qui est nécessaire dans toute une série d’interventions médicales, au quotidien.

Pourquoi donner? Et pourquoi donner régulièrement?

Le sang collecté est d’abord analysé pour vérifier l’absence d’éléments pathogènes, puis ses composants principaux (globules rouges, plaquettes et plasma) sont isolés. Ils sont ensuite distribués aux différents services de santé pour être utilisés en fonction des besoins. Les dons réguliers sont d’autant plus importants que la conservation de certains éléments, comme les plaquettes, ne dépasse pas quelques jours. D’où la nécessité d’assurer des stocks suffisants tout au long de l’année pour couvrir la demande.

Le sang et les produits sanguins aident, entre autres, les femmes qui font une hémorragie pendant la grossesse ou à l’accouchement, les patients atteints d’affections entraînant une immunodéficience, les victimes de traumatismes suite à un accident ou encore les patients subissant des interventions médicales et chirurgicales.

Mais sa principale utilisation est contre le cancer. Au Luxembourg, 3.000 nouveaux cas sont détectés chaque année. Les traitements, dont les progrès ont permis d’améliorer fortement les chances de survie des malades, ont des effets secondaires importants. Si les chimiothérapies et radiothérapies détruisent les cellules cancéreuses, elles abiment notamment la moelle osseuse, empêchant ainsi une production suffisante de cellules sanguines. Il faut alors lutter contre l’anémie ou d’autres risques hémorragiques par des transfusions de globules rouges, de plaquettes ou de plasma.