2755

Projets d’urgence et de réhabilitation en faveur des victimes des inondations en août 2012 dans le Sud du Niger

 

Dosso

La Croix-Rouge luxembourgeoise intervient sur la commune de Tanda en menant un programme de réhabilitation visant les ménages sinistrés des inondations d’août 2012. Celui-ci inclut la construction d’abris durables et de digues autour des villages, le reboisement des berges, ainsi que la sensibilisation à la prévention et réduction des risques de catastrophes.

 

Intervention d’urgence

À la suite des inondations survenues en août 2012, causées par de trop fortes précipitations en amont du fleuve Niger, la situation humanitaire s’est dégradée. 25 999 ménages ont été touchés, 176 091 personnes sinistrées, 44 sont morts et 17 148 maisons se sont effondrées.

La Croix-Rouge luxembourgeoise a ainsi décidé d’intervenir en urgence afin d’assister les 1500 familles les plus vulnérables ayant perdu leur domicile dans la région de Dosso.

L’aide de la Croix-Rouge luxembourgeoise s’est traduite par la distribution de 1500 kits shelter simplifiés, 1500 kits cuisine et 4500 kits hygiène. Les kits shelter contiennent : 1 natte de trois places, 3 moustiquaires et 3 couvertures en coton. Les kits cuisine quant à eux contiennent : 1 bouilloire, 2 casseroles, des ustensiles de cuisine, 1 sceau accompagné d’un couvercle, 7 lots d’assiettes/plats, cuillères/couteaux et gobelets, 2 bidons de 25l, et 1 foyer amélioré. Enfin, les kits hygiène, à renouveler tous les deux mois, contiennent : 3 savons, 3 doses de lessives, 3 serviettes, 3 dentifrices, 7 brosses à dents, 3 pots pour enfants, 3 balais et 30 serviettes hygiéniques.

Cependant face à l’évolution des besoins des familles et à la non-pertinence des kits hygiènes pour les populations ciblées, le programme d’urgence a été réaménagé en novembre 2012.

 

Réaménagement du projet d’urgence en commune de Yelou et Tanda

La Croix-Rouge luxembourgeoise s’est ensuite exclusivement concentrée sur les communes de Yelou et Tanda, dans le département de Gaya. Les inondations ont touché 45 villages et 2750 ménages (soit 16 905 personnes). 992 maisons se sont effondrées.

Dans le cadre du programme, 1000 familles ont été ciblées au sein des deux communes pour la distribution de kits shelter et cuisine.

Le ciblage s’est fait à partir des critères suivants : logement détruit, hébergement dans un lieu de regroupement (école), famille de plus de 9 personnes, mère cheffe de famille et nombre d’enfants de moins de 5 ans. La Croix-Rouge luxembourgeoise a aussi contribué au relogement de 2000 ménages. Il s’agit d’argent, distribué aux femmes ayant un statut d’épouse et avec au moins deux enfants, afin de stimuler le relèvement des familles par l’auto-reconstruction de leur habitat.

 

Projet de réhabilitation

Fin 2012 – début 2013, le projet de réhabilitation des victimes des inondations a débuté en s’appuyant sur les acquis du projet d’urgence afin de réduire la vulnérabilité des ménages sinistrés et d’améliorer l’environnement social, économique et sanitaire, par:

  • l’accès à un logement approprié,
  • le renforcement des mécanismes de solidarité villageoise,
  • la construction de digues en gabions,
  • la stabilisation des sols et la lutte contre l’érosion,
  • l’aménagement du territoire,
  • le renforcement des compétences de la Croix-Rouge du Niger en construction d’abris d’urgence.

 

Activités menées

Même si plus d’un tiers de la population de Yelou est sinistrée suite aux inondations, le plus gros impact humanitaire se localise à Tanda. On y compte 10 fois plus de cases détruites qu’a Yelou. La Croix-Rouge luxembourgeoise a donc décidé de se concentrer essentiellement sur Tanda et plus particulièrement les villages de Bantali et Tounga Goumbi.

 

Appui à la construction de maisons

En aout 2012, d’importantes inondations ont sinistré plusieurs milliers de personnes dans le sud ouest du Niger, pays déjà confronté à de multiples crises.

Après une distribution en urgence de kits ménage ainsi qu’une assistance financière, une seconde phase du projet s’est axée sur un projet de reconstruction de maisons.

L’objectif premier de la Croix-Rouge luxembourgeoise s’est porté sur l’aide à la construction de 270 habitats durables (pour plus de 1890 personnes). Le projet vise à ce que les populations participent à la construction de leurs maisons, et il a également pour vocation de les sensibiliser à la prévention des catastrophes.

Afin de garantir une plus grande appropriation du projet, différents travaux ont fait l’objet d’une participation communautaire : la Croix-Rouge luxembourgeoise a fourni le bois pour les charpentes, les clous, les portes et fenêtres, tandis que les villageois contribuaient en fabriquant les briques de banco et procédaient eux-mêmes à la construction. En tout, 103 cases ont été construites dans le village de Bantali, 147 à Touanga Goumbi et 20 à Albarkaizé.

En plus des maisons familiales, une case est bâtie dans chaque village pour les comités communaux afin d’entreposer les outils de construction précédemment mentionnés.

 

Mesures de prévention contre les inondations : digues en gabions

Des ouvrages de protection collective , soit la construction de digues en gabions autour des villages, ont été mis en place. Plusieurs raisons ont motivés ce choix : il s’agit d’un mode de construction avec un coût faible puisque la totalité des matériaux est disponible localement, d’une technique simple qui permet d’utiliser la main d’œuvre locale et aussi de renforcer les compétences de la population. Deux digues, encerclant des villages, ont été réalisées : la digue de Touanga Goumbi mesure 1030m de long et celle de Bantali 580m. Lors des inondations de août et septembre 2013, elles ont toutes deux démontré leur efficacité, empêchant complètement la destruction des maisons.

Enfin, le projet vise également à lutter contre l’érosion : 2500 arbres ont été plantés par la population, sensibilisée aussi à leur protection et à leur entretien.

 

Mesures de prévention contre les inondations : reboisement des berges

Une des principales caractéristiques de la région est son sol argilo-sableux, qui s’étend sur de grandes plaines. Lors d’inondations, ce type de sol retient l’eau (constitution de marécage) et mène aussi à l’ensablement du lit du fleuve. Cet ensablement réduit la profondeur du fleuve et participe au débordement et à l’inondation des plaines.

Le déboisement des berges engendre également une forte érosion fluviale (les gabions serviront aussi à stabiliser le sol). Pour lutter contre cette érosion, la Croix-Rouge luxembourgeoise prévoit la plantation d’arbres gommiers au bord des berges. Le reboisement de ces zones permettra de stabiliser davantage le sable mais aussi de fournir du fourrage pour nourrir les animaux.

 

Conscientiser et préparer la population ainsi que la Croix-Rouge locale aux catastrophes

Dans l’optique de renforcer les capacités locales en prévention et réduction des risques de catastrophes, les volontaires suivent des formations en identification et prévention des risques.

De plus, la population est sensibilisée aux facteurs environnementaux favorisant les inondations, tel que le déboisement.

Il est aussi essentiel de collaborer à la mise en place d’un plan de réponse aux catastrophes, en identifiant les risques encourus et en les prévenant (santé humaine, sanitaire, groupes les plus vulnérables).

 

Aménagement du territoire

Enfin, La Croix-Rouge luxembourgeoise souhaiterait également définir un plan d’aménagement du territoire pour les villages bénéficiaires afin de garantir l’accès aux services essentiels, comme l’eau, l’assainissement, la santé, l’éducation, et des activités économiquement viables.

La Croix-Rouge luxembourgeoise favorisera le dialogue entre les différents acteurs de la communauté pour qu’ils puissent prendre des initiatives efficaces favorisant toute la population.

Faites un don