2755

Présentation

L’interprétariat interculturel est un élément de liaison levant la barrière linguistique et culturelle pour un usager ou un groupe d’usagers permettant d’accéder et de profiter pleinement de ses droits en termes de santé et d’intégration sociale.


C’est quoi ?

L’interprétariat interculturel (interprétariat communautaire ou interprétariat médical et social) est une activité orale exercée dans des contextes interculturels.

Les interprètes interculturels permettent la communication entre plusieurs personnes ne parlant pas une même langue. Ils assurent la traduction tout en tenant compte des contextes sociaux et culturels des interlocuteurs en présence.

Les interprètes interculturels ont des connaissances suffisantes dans au moins une des langues officielles du Luxembourg et de la langue vers laquelle ils interprètent pour permettre une traduction complète et appropriée dans les deux langues. De par leur parcours, ils ont une expérience de la migration et connaissent les réalités de vie existant dans le pays d’origine et dans la société d’accueil.

 

Pourquoi faire appel à un interprète formé ?

Le recours à des interprètes formés constitue une démarche de respect des droits des personnes et permet aux professionnels d’exercer pleinement leur fonction et d’augmenter la qualité de leurs prestations.

Redonner la parole aux personnes qui ne peuvent pas communiquer dans aucune des langues officielles permet d’instaurer un climat de confiance et de sécurité qui est décisif pour une communication efficace.

Le recours à des interprètes non formés, les interprètes « de proximité », qui peuvent être des membres de la famille, des amis ou des connaissances, peut compromettre la qualité de la traduction, la neutralité et la confidentialité lors des entretiens. L’utilisation d’enfants ou adolescents pour traduire est tout à fait déconseillée.

 

Les interprètes du Service des Aides et soins respectent un code déontologique qui comprend :

  • Devoir de confidentialité : ils ne peuvent en aucun cas divulguer les propos qu’ils entendent par le biais de leur activité d’interprète à des tiers. Ils sont tenus au secret professionnel au même titre que les professionnels pour lesquels ils interviennent.
  • Neutralité : l’interprète reste neutre tout au long de son activité. Il ne prend pas partie pour un des interlocuteurs.
  • Traduction fidèle et intégrale : l’interprète traduit fidèlement et intégralement les propos échangés. Si la situation le demande et après vérification auprès des interlocuteurs, il peut donner des explications complémentaires qui prennent en compte le cadre culturel du bénéficiaire, pour autant que celles-ci contribuent à une meilleure compréhension entre les deux parties.
  • Respect des convictions religieuses, culturelles et idéologiques des deux parties, même si celles-ci sont en décalage avec les siennes. Il ne porte aucun jugement sur les propos tenus. Il reconnaît les compétences des deux parties pour s’exprimer en leur propre nom et prendre des décisions en toute autonomie. Il ne se substitue pas à l’un ou à l’autre des interlocuteurs.

 

 Téléchargez le dépliant : comment travailler
avec un interprète ?