2755

FAQ

 

Donner du sang – un acte de solidarité – un geste altruiste

Si les personnes qui ont besoin de produits sanguins sont bien soignées au Luxembourg, on le doit avant tout aux quelques 13000 femmes et hommes qui, chaque année, donnent volontairement et gratuitement un peu de leur sang. C’est grâce au sens des responsabilités de ces femmes et de ces hommes que le Service de Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge Luxembourgeoise (CRL) est en mesure de couvrir les besoins en produits sanguins des cliniques et des hôpitaux. Pour assurer que la solidarité vécue aujourd’hui sera encore vivante demain et pour éviter la raréfaction de ce produit vital qu’est le sang, il faut sans cesse recruter de nouveaux donneurs, en particulier chez les jeunes.

La présente information s’adresse à celles et ceux qui s’intéressent au don de sang et voudraient en savoir plus. Vous trouverez dans ces pages les réponses aux questions les plus souvent posées aux collaborateurs du Service de Transfusion Sanguine. Mais il se peut aussi que vous désiriez simplement vous renseigner plus profondément sur certains sujets. Quoi qu’il en soit, nous espérons que ces pages vous procureront les informations que vous cherchez.

 

Le sang

Que faut-il savoir à propos du sang ?

Existe-t-il du sang artificiel ?

Qu’est-ce que l’hémoglobine ?

 

Le don du sang

Pourquoi le don de sang est-il indispensable ?

Quelle quantité de sang donne-t-on ?

500 ml, n’est-ce pas trop ?

Combien de temps faut-il compter pour un don de sang ?

Est-ce que cette durée est toujours la même ?

A quelle fréquence peut-on donner son sang ?

Puis-je donner du sang pour moi-même ?

 

Le donneur

Qui peut donner du sang?

Est-ce que le prélèvement de sang fait mal ?

Combien de temps faut-il au corps humain pour remplacer le sang prélevé ?

Est-ce que le don de sang influence la pression sanguine ?

A quoi faut-il veiller avant et après le don ?

Y a-t-il des règles spéciales pour les sportifs ?

Et pour les automobilistes ?

Est-ce que cela abîme les veines ?

Le don de sang peut-il nuire à la santé ?

Y a-t-il des risques d’intolérance ?

 

Les produits sanguins?

Que devient le sang que je donne ?

Quelles sont les étapes de la préparation des produits sanguins ?

Est-ce que j’aurais connaissance des résultats des analyses de laboratoire ?

Les produits sanguins – de quoi s’agit-il ?Le sang n’est-il pas transmis directement au patient ?

Combien de temps le sang se conserve-t-il ?

Les produits sanguins sont-ils sûrs ? Existe-t-il un risque d’infection ?

Quand utilise-t-on le sang ? Pour qui ?

 

La transfusion sanguine au Luxembourg

Pourquoi faut-il remplir chaque fois un questionnaire médical ?

Puis-je être assuré que mes réponses resteront confidentielles ?

La Croix-Rouge affirme que ses dons de sang garantissent plus de sécurité. Pourquoi ?

Les dons du sang sont-ils suffisants au Luxembourg ? Pourquoi cela est-il si important ?

Y a-t-il des périodes de pénurie ?

Les groupes sanguins rares sont-ils plus précieux ?

Est-ce que le Luxembourg vend du sang à l’étranger ?

Le sang est donné gratuitement, pourquoi n’est-il pas distribué gratuitement dans les hôpitaux ?

Pourquoi la Croix-Rouge ne rémunère-t-elle pas le don de sang pour faire face aux besoins ?

Où et quand peut-on donner du sang au Luxembourg ?

 

Que faut-il savoir à propos du sang ?

Le sang est constitué de 4 principaux éléments assurant chacun une fonction vitale :

  • Les globules rouges transportent l’oxygène des poumons vers les tissus et libèrent l’organisme de dioxyde de carbone. Une petite goutte de sang contient 4,5 à 5 millions de globules rouges.
  • Les globules blancs constituent une partie importante du système immunitaire. Ils défendent l’organisme contre les bactéries, les virus et les parasites et le protègent contre les maladies infectieuses. 1 mm3 de sang contient entre 4000 et 10000 globules blancs.
  • Les plaquettes arrêtent les saignements en cas, par exemple, de blessure ou d’opération. Elles empêchent la perte du sang des veines, des artères et des capillaires.
  • Le plasma est la partie liquide du sang qui tient en suspension les globules rouges et blancs ainsi que les plaquettes. Le plasma renferme en plus des substances vitales telles que sels, hormones, glucose et des protéines comme l’albumine, qui règlent la tension artérielle, ainsi que les facteurs de coagulation, qui arrêtent les saignements.

↑ Haut de page

Existe-t-il du sang artificiel ?

Le sang est un organe liquide dont la constitution est si complexe qu’il ne sera pas possible d’en fabriquer synthétiquement. On ne pourra donc pas renoncer aux dons de sang, si l’on veut continuer à traiter les malades et les blessés qui en ont besoin. Les méthodes de génie génétique permettent toutefois aujourd’hui de produire artificiellement certains constituants du plasma, tels les facteurs de coagulation, nécessaires aux hémophiles.

↑ Haut de page

Qu’est-ce que l’hémoglobine ?

L’hémoglobine est la substance qui colore les globules rouges et qui a la propriété de pouvoir se lier à l’oxygène (O2) de même qu’au dioxyde de carbone (CO2). Ainsi les globules rouges se chargent de molécules d’oxygène dans les poumons et les transportent à toutes les cellules de votre corps. En échange, ils évacuent le CO2 accumulé dans les cellules et le ramènent aux poumons pour l’éliminer. Le taux d’hémoglobine moyen des hommes étant un plus élevé que celui des femmes, les valeurs admises pour être jugé apte à donner du sang sont différentes selon le sexe: 130 g/l pour les hommes et 120 g/l pour les femmes.

↑ Haut de page

Pourquoi le don de sang est-il indispensable ?

Le sang est une substance indispensable à la vie produit uniquement par l’organisme qu’on ne peut remplacer par rien d’autre : il n’existe pas de sang artificiel. Chaque composant du sang assure une fonction vitale : le transport de l’oxygène et des substances nutritives, la défense par le système immunitaire, le phénomène de coagulation et celui de la circulation de la chaleur à l’intérieur du corps pour ne citer que quelques exemples.

↑ Haut de page

Quelle quantité de sang donne-t-on ?

Chaque donneur donne 500 millilitres (un demi-litre) de sang dans un sachet standard, qui contient la quantité exacte de liquide stabilisateur correspondant à ce volume. C’est la raison pratique et technique pour laquelle on prélève la même quantité à chaque personne. Les poches en plastique utilisées pour le prélèvement du sang sont du matériel à usage unique (y compris l’aiguille), utilisé une seule fois et détruit après le don. Tout risque de contamination est exclu d’office.

↑ Haut de page

500 ml, n’est-ce pas trop ?

Un adulte a entre 4 et 6 litres de sang, selon son poids. Un homme pesant 80 kilos dispose de 6 litres de sang. Une femme de 60 kilos a un volume sanguin de 4 litres. Un prélèvement de 500 millilitres ne présente aucun inconvénient pour un adulte pesant au moins 50 kg. La quantité de sang prélevée est remplacée par l’organisme de manière à compenser parfaitement le don de sang.

↑ Haut de page

Combien de temps faut-il compter pour un don de sang ?

Le prélèvement proprement dit dure à peu près 10 minutes. Compte tenu des préparatifs et du moment de repos qui suit la prise de sang, il faut réserver environ 90 minutes la première fois. Par la suite, une heure suffit. Mais c’est vous qui décidez combien de temps vous voulez consacrer à la collation qui vous est offerte après.

↑ Haut de page

Est-ce que cette durée est toujours la même ?

Oui, à peu de chose près. En cas d’affluence de donneurs, il peut cependant arriver que vous deviez attendre un moment votre tour. Dans ce cas, nous comptons sur votre patience et votre compréhension.

↑ Haut de page

A quelle fréquence peut-on donner du sang ?

En bon état de santé, les femmes peuvent donner du sang tous les 4 mois, les hommes tous les 3 mois. Il faut respecter les délais prescrits par la loi avant de redonner du sang. Pour le don de plasma, l’intervalle minimal entre deux plasmaphérèses est de 4 semaines, aussi bien pour les femmes que pour les hommes.

↑ Haut de page

Puis-je donner du sang pour moi-même ?

Oui, c’est possible, en prévision d’une opération programmée. L’état de santé du patient doit alors lui permettre 2 à 3 prélèvements de sang dans un laps de temps relativement court car le sang ne se conserve que pendant une durée limitée( 42 jours). Dans ce cas, veuillez parler à votre médecin traitant de l’autotransfusion. Il va décider si l’autotransfusion est une option pour vous et, dans l’affirmative, il va vous informer sur la façon de procéder. D’après les estimations, l’autotransfusion ne peut cependant remplacer que 5 à 10% des dons de sang. Votre don du sang est et reste donc indispensable.

↑ Haut de page

Qui peut donner du sang ?

Toute personne en bonne santé entre 18 et 70 ans peut donner du sang. Un nouveau donneur doit avoir moins de 60 ans. Avant chaque prise de sang, on examine avec soin si la personne est en condition de donner du sang. On vérifie que son poids est supérieur à 50 kg, que sa tension artérielle, son pouls et son taux d’hémoglobine sont normaux. Chaque donneur est invité à remplir un questionnaire sur son état de santé: c’est aussi dans son propre intérêt.

↑ Haut de page

Est-ce que le prélèvement de sang fait mal ?

Quand vous donnerez de votre sang, vous sentirez à peine l’aiguille entrer dans la veine, et la prise de sang proprement dite est parfaitement indolore. La première fois, cela demande peut-être un petit effort sur soi-même.

↑ Haut de page

Combien de temps faut-il au corps humain pour remplacer le sang prélevé ?

La perte de liquide est compensée en un jour et il ne faut pas plus de temps aux globules blancs, si importants dans la lutte contre les microbes, pour se reconstituer. Au bout de 6 à 8 semaines, votre corps aura remplacé tout le sang que vous avez donné. Mais vous ne ressentirez aucune fatigue particulière pendant cette période. Il est déconseillé de faire du sport intensif peu après le prélèvement de sang (p.ex courir un marathon).

↑ Haut de page

Est-ce que le don de sang influence la pression sanguine ?

La pression sanguine ou tension artérielle baisse légèrement après un prélèvement, mais elle remonte vite. Le don de sang n’est donc pas un traitement contre l’hypertension.

↑ Haut de page

A quoi faut-il veiller avant et après le don ?

Il ne faut pas donner votre sang à jeun. Avant de venir, prenez un repas léger accompagné d’eau minérale ou de jus de fruits. Et évitez les efforts physiques importants et sauna peu avant et après votre don.

↑ Haut de page

Y a-t-il des règles spéciales pour les sportifs ?

Il faut éviter la plongée et le sport de haut niveau durant les deux premiers jours qui suivent et adapter la durée ainsi que l’intensité de tout effort sportif à vos capacités physiques qui peuvent être légèrement réduites. D’une manière générale, accordez à votre organisme un peu de repos avant et après le don de sang.

↑ Haut de page

Et pour les automobilistes ?

Il suffit de vous reposer quelques instants pour pouvoir reprendre le volant, pour autant que vous vous sentiez bien.

↑ Haut de page

Est-ce que cela abîme les veines ?

Non. A la fréquence de trois ou quatre prélèvements par an, il n’y a aucun risque pour vos veines.

↑ Haut de page

Le don de sang peut-il nuire à la santé ?

Non! Dans aucun cas : on vérifie soigneusement chaque fois l’aptitude du donneur. Dans ces conditions, le don de sang ne présente aucun inconvénient pour votre santé. Pour les donneurs, il n’y a aucun risque de contamination (virus du SIDA/ HIV ou de l’hépatite, par exemple), puisqu’on utilise pour chaque prise de sang une aiguille stérile connectée à une poche en plastique : il s’agit de matériel à usage unique, qui est détruit après l’utilisation.

↑ Haut de page

Y a-t-il des risques d’intolérance ?

Le don du sang est bien toléré par la quasi-totalité des donneurs. Dans moins de 1% des prélèvements, le donneur peut faire une réaction. En général, il s’agit d’un malaise passager et réversible en quelques minutes. Dans des cas très rares, une réaction ou un incident plus important peut survenir pendant ou après le don comme par exemple une chute de la tension artérielle. C’est la raison pour laquelle il est indispensable que le donneur se régale après le don à la Cafétéria où il est sous surveillance.

↑ Haut de page

Que devient le sang que je donne ?

Chaque prélèvement de sang est tout d’abord examiné par nos laboratoires. Un hémogramme est fait à l’aide duquel on vérifie la composition du sang du point de vue hématologique; en plus, sont faits divers tests, afin de détecter la présence d’agents infectieux ou d’anticorps comme ceux de la jaunisse (hépatite B, hépatite C, transaminases), du SIDA (HIV) et de la syphilis (TPHA) et autres (tels que HTLV, a-HBc). Pour des raisons de sécurité, ces méthodes d’investigation sont constamment vérifiées et adaptées aux nouvelles exigences. Le sang qui donne des résultats anormaux est détruit.

↑ Haut de page

Quelles sont les étapes de la préparation de ces produits sanguins ?

Cette activité assez complexe nécessite une approche pharmaceutique qui comprend plusieurs étapes :

  1. filtration : extraction des éléments pour lesquels il n’y a pas de besoin et qui peuvent être nocifs lors de la transfusion ;
  2. centrifugation : séparation des globules rouges, des plaquettes et du plasma ;
  3. transfert des produits sanguins vers la zone de finissage ;
  4. étiquetage des poches contenant les différents produits sanguins ;
  5. conservation en attendant la livraison vers un hôpital.

↑ Haut de page

Est-ce que j’aurais connaissance des résultats des analyses de laboratoire ?

Tous les dons de sang subissent une trentaine d’analyses. Si les résultats des analyses sont normaux, il n’y a pas de notification au donneur. Si par contre, les tests de laboratoire donnent des valeurs anormales, les donneurs de sang sont immédiatement contactés, soit par téléphone, soit par lettre. Quant au test HIV, s’il s’est avéré positif, un deuxième laboratoire procède à une contre-expertise. Aussitôt que le résultat positif est confirmé, un médecin convoque la personne concernée pour lui en parler.

↑ Haut de page

Les produits sanguins – de quoi s’agit-il ? Le sang n’est-il pas transmis directement au patient ?

Le sang est constitué de cellules sanguines ou éléments figurés (45 %) et de plasma (55 %). Pour la transfusion, on n’utilise plus le sang complet. A partir des éléments figurés, on confectionne des concentrés de globules rouges (érythrocytes) et de plaquettes sanguines (thrombocytes). Quant au plasma, on en tire des produits tels que l’albumine, des facteurs de coagulation, des immunoglobulines. Les patients transfusés ne reçoivent que les composants du sang qui leur sont effectivement nécessaires par rapport à leur état de santé. Chaque don de sang est ainsi utilisé au maximum et un seul don sert à plusieurs malades ou blessés.

↑ Haut de page

Combien de temps le sang se conserve-t-il ?

La durée de conservation du sang varie selon les composants: les plaquettes sanguines (concentrés de thrombocytes) ne se conservent que pendant 5 jours, les globules rouges (concentrés d’érythrocytes) par contre 42 jours. Les produits du plasma, tels que l’albumine, peuvent en revanche être conservés pendant 2 ans. C’est la première raison pour laquelle il est judicieux de séparer les composants du sang. Et cela intervient déjà au moment du prélèvement, en recourant à des systèmes de sachets combinés, permettant de rationaliser la suite des opérations.

↑ Haut de page

Les produits sanguins sont-ils sûrs ? Existe-t-il un risque d’infection ?

La sécurité absolue n’existe pas mais le Service de Transfusion Sanguine fait ainsi tout ce qui est possible pour garantir une sécurité maximale des transfusions sanguines. L’interrogation approfondie des donneurs, la sensibilisation régulière, la stérilisation et l’utilisation unique du matériel, l’analyse systématique de chaque échantillon et la mise en oeuvre de divers procédés d’élimination des agents pathogènes éventuels durant la préparation forment une chaîne de mesures réduisant au minimum les risques d’infection qui subsistent avec les concentrés d’érythrocytes et de thrombocytes. Au sein du Centre de Transfusion Sanguine, un système de qualité est en place, afin de maîtriser tous les procédés en relation avec les activités du Centre de Transfusion Sanguine.

↑ Haut de page

Quand utilise-t-on le sang ? Pour qui ?

On a surtout besoin de sang pour les personnes qui en ont perdu beaucoup, en cas d’accident ou d’opération grave. Une opération à cœur ouvert nécessite par exemple 4 à 6 dons de sang. Il faut également disposer de produits sanguins pour traiter les maladies qui affectent la composition du sang, par exemple lorsque les facteurs de coagulation font défaut ou pour un traitement des leucémies. Les besoins en sang sont aussi en relation directe avec le progrès médical. De nombreuses opérations, transplantations d’organes et traitements de tumeurs malignes ne sont possibles que grâce à une médecine moderne et performante en matière de transfusion sanguine.

↑ Haut de page

Pourquoi faut-il remplir chaque fois un questionnaire médical ?

Grâce au questionnaire et aux questions posées oralement par le personnel spécialisé, il est possible de juger si l’état de santé actuel du donneur lui permet de donner son sang. Cela aussi bien dans l’intérêt du donneur lui-même que dans celui du receveur. C’est pourquoi le questionnaire comporte aussi des questions sur d’éventuelles maladies récentes, sur une opération en vue, etc. Des réponses correctes, précises et honnêtes aux questions contribuent à augmenter la sécurité transfusionnelle.

↑ Haut de page

Puis-je être assuré que mes réponses resteront confidentielles ?

Les informations données par les donneurs via le questionnaire médical ou lors de l’entretien sont traitées de manière confidentielle et tombent sous la protection des données personnelles. Le Centre de Transfusion Sanguine ne procédera à aucune divulgation non autorisée de l’identité du donneur, des informations relatives à sa santé et des résultats des examens pratiqués.

↑ Haut de page

La Croix-Rouge affirme que ses dons de sang garantissent un maximum de sécurité. Pourquoi ?

De nombreuses comparaisons ont prouvé que la non- rémunération, et donc le fait que le donneur renonce à des avantages matériels, constitue un important facteur de sécurité. A cela s’ajoutent le principe du bénévolat, la sélection méticuleuse de nouveaux donneurs, ainsi que le mérite des donneurs de longue durée qui, pendant des années ou même des dizaines d’années, font régulièrement don de leur sang. La législation nationale et internationale offre également un cadre de travail de plus en plus rigoureux. Enfin, le service de Transfusion Sanguine a été en 1999 un des premiers centres médicaux luxembourgeois à se voir certifier son système de qualité par la norme ISO 9002.

↑ Haut de page

Les dons du sang sont-ils suffisants au Luxembourg ? Pourquoi cela est-il si important ?

Le Grand-Duché est l’un des rares pays où le sang est encore disponible en suffisance. Cette auto-suffisance apporte une grande sécurité nationale. En cas d’une pénurie de sang, du sang peut être commandé de l’étranger. On constate toutefois que le nombre des donneurs diminue régulièrement depuis quelques années. Cela est dû, en particulier, au fait que les conditions médicales imposées pour être admis à donner de son sang sont devenues plus restrictives. Si notre pays veut voir assuré à l’avenir un approvisionnement suffisant en produits sanguins, le Service de Transfusion Sanguine doit pouvoir compter sur le renouvellement permanent des donneurs.

↑ Haut de page

Y a-t-il des périodes de pénurie ?

Le nombre de donneurs baisse pendant les vacances. Cela peut mener à des problèmes d’approvisionnement, malgré les réserves de sécurité prévues. La période la plus critique est celle entre le 1er août et le 15 septembre. L’impasse peut cependant être évitée si chaque personne en bonne santé, âgée entre 18 et 70 ans, consent à faire régulièrement un don de son sang.

↑ Haut de page

Les groupes sanguins rares sont-ils plus précieux ?

La répartition des groupes sanguins dans la population au Luxembourg est à peu près la suivante :

  Rhésus positif Rhésus négatif
O 35% 6%
A 37% 6%
B 9% 2%
AB 4% 1%

 

La proportion des besoins en concentrés d’érythrocytes est identique. Dans certains cas rares, par exemple l’exsanguino-transfusion des nouveaux-nés, certains groupes sanguins sont plus demandés. Il est donc important que les porteurs de groupes sanguins rares soient nombreux à donner du sang. Etant donné que dans les urgences (par exemple après un accident grave), le groupe sanguin O Rhésus négatif (« O- ») est utilisé en tant que « groupe universel », il est un groupe sanguin crucial. Mais en général, tous les dons de sang de n’importe quel groupe sanguin, sont précieux et sauvent des vies.

↑ Haut de page

Est-ce que le Luxembourg vend du sang à l’étranger ?

Non! Au Luxembourg, on arrive à peine à couvrir les demandes des hôpitaux pour les besoins transfusionnels des malades et accidentés : il n’y a donc pas d’excédents. Par ailleurs, la loi sur la transfusion sanguine (du 15 mars 1979) interdit le commerce ainsi que le profit en relation avec le sang.

↑ Haut de page

Le sang est donné gratuitement. Pourquoi n’est-il pas distribué gratuitement dans les hôpitaux ?

L’activité du Service de Transfusion Sanguine n’a pas de but lucratif. Le tarif pour les produits sanguins ne couvre que le coût des différentes opérations nécessaires: prélèvement, préparation, testing, stockage, distribution. Et tout cela coûte cher. Les différentes activités du Centre de Transfusion, les nombreuses actions de prélèvement des équipes demandent un personnel qualifié et du matériel performant. Le Centre de Transfusion prépare des produits sanguins en garantissant que la sécurité et la qualité des produits sanguins au Luxembourg correspondent aux standards internationaux les plus élevés.

↑ Haut de page

Pourquoi la Croix-Rouge ne rémunère-t-elle pas le don de sang pour faire face aux besoins ?

Le don du sang est un acte de solidarité dont personne ne doit tirer un bénéfice financier. Soutenus par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les Services de Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge fonctionnent, de par le monde entier, d’après de strictes normes éthiques, parmi lesquelles figure également le principe de la non-rémunération. Personne ne devra, poussé par la misère, être obligé à donner son sang. Tout comme chaque patient a le droit de recevoir du sang ou des produits sanguins, indépendamment de sa situation financière.

↑ Haut de page

Où et quand peut-on donner du sang au Luxembourg ?

En appelant le 2755-4000, on pourra vous informer sur le lieu et l’horaire pour un don de sang. Vous pouvez vous présenter au Centre de Transfusion Sanguine à Luxembourg-Ville pour vous inscrire comme nouveau donneur.

L’horaire et la localisation du Centre de Transfusion Sanguine peuvent être trouvés sur ce site Internet.

↑ Haut de page