2755.

Articles pour le tag :HIV Berodung


L’ULAV participe à la campagne de prévention de la HIV Berodung. 13.07.2019

« Sécher ënnerwee » – Lunettes de soleil en été ? Ceinture en voiture ?


Présentation du Rapport d’activité 2018 du Comité de Surveillance du SIDA 12.07.2019

Pour la première fois depuis 2013, le nombre de nouvelles infections


Certains préfèrent l’ignorer! Et vous? Faites le test VIH… 21.11.2018

Certains préfèrent l’ignorer ! Et Vous ? Faites le test VIH.

Profitez de la semaine européenne du dépistage, du 23 au 30 novembre, pour connaître votre statut sérologique.


VIH et SIDA 12.07.2011

 

VIH – SIDA, c’est quoi ?

Le VIH est le Virus de l’Immunodéficience Humaine, qui attaque et détruit un type particulier de globules blancs – les lymphocytes CD4 ou T4 – en les utilisant pour sa multiplication. Les CD4 ont un rôle de chef d’orchestre du système immunitaire. Avec leur destruction, le système immunitaire finit par s’effondrer et l’organisme n’arrive plus à se défendre correctement. Les agents pathogènes en profitent alors pour se multiplier et provoquer des infections dites opportunistes. La personne entre alors dans ce qui est encore appelé la phase SIDASyndrome de l’ImmunoDéficience Acquise. Sans traitement adapté, une personne au stade SIDA peut mourir assez rapidement. C’est donc le SIDA qui tue et non le VIH. Bien que le VIH ne se guérisse pas encore, les traitements permettent aujourd’hui aux personnes qui portent le virus de rester en bonne santé.

 

Comment se transmet le VIH ?

Il y a un risque de transmission du VIH lorsque les 3 conditions suivantes sont réunies :

Le VIH peut donc se transmettre :

  • au cours de rapports sexuels vaginaux et/ou anaux non-protégés ;
  • au cours de rapports sexuels bucco-génitaux non-protégés, c’est-à-dire si du sperme, des sécrétions vaginales ou du sang des règles pénètrent dans la bouche ou sont avalés ;
  • lors de l’utilisation de seringues ou d’aiguilles usagées ;
  • lors d’un contact entre du sang séropositif et une plaie, les yeux, le nez ou la bouche ;
  • de la mère séropositive à l’enfant au cours de la grossesse, pendant l’accouchement ou l’allaitement.

 

Le VIH ne se transmet pas par : l’air, les piqûres d’insectes, la toux, les éternuements, les caresses, les baisers, ni par l’utilisation commune de vaisselle et de couverts, de toilettes, de salles de bains, ni lors de soins médicaux ou dentaires. En Europe, le risque de transmission par transfusion sanguine n’existe plus car le sang est rigoureusement contrôlé.

 

Pour plus d’informations sur les modes de transmission du VIH et sur l’utilisation du préservatif, consultez les PDF ci-dessous :

VIH SIDA Mieux comprendre sa transmission – FR

HIV AIDS How to better understand its transmission – EN

HIV AIDS Die Übertragungswege besser verstehen – DE

VIH SIDA Para compreender melhor o contágio – PT

Utilisation du préservatif – FR

 

Est-ce que le SIDA se transmet ?

Le SIDA ne se transmet pas, puisqu’il s’agit d’un ensemble de symptômes et maladies opportunistes qui apparaissent quand le système immunitaire s’est effondré. C’est le virus – VIH qui se transmet.

 

Le traitement

Actuellement, le VIH ne peut pas encore être éliminé de l’organisme – il ne peut donc pas être guéri. Par contre, il existe des traitements très efficaces – les antirétroviraux – qui permettent de « neutraliser » le virus en l’enfermant dans les cellules immunitaires et en l’empêchant de se multiplier. Ainsi, le système immunitaire n’est pas d’avantage détruit et la charge virale (la quantité de virus dans le sang) n’augmente pas. La personne vivant avec le VIH évite l’apparition d’infections opportunistes et n’atteint pas le stade SIDA. Les traitements antirétroviraux doivent être pris à vie et de façon très stricte, afin d’éviter des résistances du virus qui rendraient le traitement inefficace.

Le traitement habituel est constitué d’un dosage unique – un comprimé par jour – d’un composé de trois médicaments, nommé la trithérapie.


Prévention 12.07.2011

Les préservatifs

Le préservatif est le seul outil qui protège à la fois du VIH, d’autres IST et d’une grossesse non désirée.

Il existe :

Le préservatif masculin ou externe, un bout de latex enfilé sur le pénis.

Le préservatif dit « féminin » ou interne, une gaine souple et large en polyuréthane qui peut être introduite dans le vagin ou l’anus.

Pour la pratique du cunnilingus (lécher la vulve) ou de l’anulingus (lécher l’anus), il existe aussi le carré en latex, qui protège d’un contact direct entre la muqueuse de la bouche et les muqueuses vaginale ou anale.

 

Le dépistage

Un test de dépistage du VIH est le seul moyen de détecter une infection au VIH et donc de permettre l’accès au traitement. Ce test, réalisé par analyse sanguine ou par un test rapide d’orientation diagnostique (TROD), détecte la présence d’anticorps anti-VIH dans le sang (=> lien qui envoie vers la page test). Il est recommandé de faire un test de dépistage après chaque situation à risque (rupture, glissement ou non-utilisation de préservatif, blessure ou coupure avec un objet souillé de sang ou de sperme, partage du matériel d’injection de drogues). Il peut aussi se faire de façon régulière dans des intervalles de 3 mois, si une personne est fréquemment exposée à des situations à risque.

 

Le traitement post-exposition – PEP

La PEP (post-exposure prophylaxis) est un traitement d’urgence qui se prend après une situation à haut risque de transmission du VIH (rupture, glissement ou non-utilisation de préservatif, blessure ou coupure avec un objet souillé de sang ou de sperme, partage du matériel d’injection de drogues). Ce traitement antirétroviral a pour but d’empêcher le virus de pénétrer dans les cellules du système immunitaire et donc de diminuer le risque d’une nouvelle infection. Pour être efficace, la PEP doit être débutée au plus tôt (quelques heures) après la situation à risque. Après un délai maximal de 72 heures la PEP ne protège plus d’une nouvelle infection.

 

A l’hôpital, un médecin évalue le risque et, sous certaines conditions, décide de prescrire le traitement d’urgence ou pas.

 

Le Traitement comme Prévention (Treatment AS Prevention = TASP)

Une adhérence stricte au traitement antirétroviral peut diminuer la charge virale (concentration de virus dans le sang) à un niveau tellement bas, qu’elle devient indétectable. Le « Swiss Statement » a établi en janvier 2008, qu’une personne ayant une charge virale indétectable depuis un minimum de 6 mois et ne présentant pas d’autres infections sexuellement transmissibles, devient non-contaminante par voie sexuelle. Grâce à leur efficacité, les traitements contre le VIH sont devenus un moyen de prévention efficace !

 

La Prophylaxie pré-exposition (Pre-exposure prophylaxis = PrEP)

La PrEP est une nouvelle stratégie et un moyen additionnel de prévention du VIH. Elle s’adresse à des personnes séronégatives qui ont un risque élevé de s’infecter avec le VIH. Elle consiste à prendre des médicaments antirétroviraux (Truvada®) avant et après la situation à risque afin éviter que le VIH puisse infecter les cellules, donc de s’installer dans l’organisme et de se multiplier. La PrEP réduit le risque de transmission de 86% et ne protège pas contre les autres IST (Syphilis, Gonorrhée, etc).

Au Luxembourg, la PrEP est disponible et prise en charge par la CNS dans le cadre d’un projet-pilote réalisé par le Service National des Maladies Infectieuses du CHL. Pour une consultation médicale en vue d’obtenir la PrEP, il est nécessaire de contacter le Service National des Maladies Infectieuses du CHL au 4411 3091.

 

La Prévention de la transmission de la mère à l’enfant

La prévention de la transmission de la mère à l’enfant est une intervention qui contribue à éliminer les nouvelles infections chez les nouveau-nés. Il y a en effet un risque de 20 à 45% sans traitement, qu’une femme séropositive transmette le VIH à son enfant durant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement. Grâce au traitement antirétroviral de la mère durant la grossesse et du nouveau-né durant son 1er mois de vie, ce risque est diminué à moins de 1% en Europe.

 

La réduction des risques

 Le safer use, utilisation de matériel à usage unique et ne pas partager les seringues ou matériel de sniff

Respecter les mesures de sécurité/protection dans le travail avec des produits sanguins


Le service HIV Berodung 12.07.2011

Le service HIV Berodung de la Croix-Rouge luxembourgeoise a pour mission de prévenir les nouvelles infections (Hépatite / IST/ VIH) et de favoriser un environnement de vie répondant aux besoins des personnes concernées.