2755.
Signature de la déclaration d'intention entre le Dr Denis Mukwege et la Croix-Rouge luxembourgeoise

La Croix-Rouge luxembourgeoise soutiendra le Dr Denis Mukwege dans son action

27.03.2019

Le 27 mars, la Croix-Rouge luxembourgeoise a signé avec le Dr Denis Mukwege une déclaration d’intention dans laquelle elle affirme sa volonté de soutenir activement le développement des activités de l’Hôpital de Panzi à Bukavu.

Depuis plus de 20 ans, Denis Mukwege se consacre à « réparer les femmes » victimes de violences sexuelles en République démocratique du Congo. Les moyens de l’Hôpital de Panzi, qu’il dirige, sont aujourd’hui insuffisants pour faire face aux besoins des victimes.

La Croix-Rouge luxembourgeoise a décidé de s’engager à soutenir l’extension et de la modernisation des infrastructures de l’hôpital. Cela passera dans un premier temps par l’élaboration d’un plan directeur. Pour Marc Crochet, directeur général adjoint, « les activités humanitaires internationales de la Croix-Rouge luxembourgeoise nous ont amenés à développer une expertise de ‘constructeurs de l’humanitaire’. Pendant une quinzaine d’années, nous avons aidé l’Hôpital pédiatrique Kalembe Lembe, à Kinshasa, au Congo. En Ukraine, nous avons contribué à la reconstruction de différents hôpitaux. En Afrique, nous nous concentrons sur l’habitat humanitaire. Et nos premiers bénéficiaires sont en fait souvent les femmes. » Un système de santé fonctionnel permet de se soigner. Un endroit où vivre permet de se mettre à l’abri. Les deux réunis permettent d’entrevoir l’avenir sous un jour plus favorable.

La Croix-Rouge luxembourgeoise va donc se mobiliser pour donner une impulsion supplémentaire au projet d’extension de l’Hôpital de Panzi. Celles et ceux qui souhaitent la soutenir dans cette démarche peuvent y participer (CCPL LU52 1111 0000 1111 0000 – communication : Projet Hôpital Panzi).

Le Docteur Denis Mukwege

Surnommé « l’homme qui répare les femmes », le docteur Denis Mukwege a reçu de nombreuses distinctions pour son engagement contre les mutilations génitales pratiquées sur les femmes en République Démocratique du Congo, dont le prix Sakharov en 2014 et le prix Nobel de la paix en 2018.