2755
Les secours en Indonésie, un mois après

Indonésie: encore beaucoup à faire

26.10.2018

Le 28 septembre 2018, la province indonésienne de Sulawesi central a été frappée par une série de tremblements de terre qui ont déclenché un puissant tsunami, faisant plus de 2 000 morts et 4 400 blessés. Sur le terrain, 200 000 personnes ont été déplacées et 68 000 maisons détruites ou endommagées.

Un mois après le séisme meurtrier et le tsunami, la Croix-Rouge a fourni des secours d’urgence à 40 000 personnes, soit environ 10 000 familles. Des milliers d’entre elles ont tout perdu lors de cette double catastrophe et ont un besoin urgent d’articles ménagers de base. Plus de 700 volontaires de la Croix-Rouge indonésienne ont été répartis dans différentes zones et y distribuent bâches, couvertures, kits d’hygiène et eau potable.

Les survivants ont encore besoin de tout. La Croix-Rouge, qui figure parmi les premiers à intervenir, a établi un plan d’intervention global sur 18 mois, qui couvre les besoins essentiels d’une famille: logement, soins, accès à une eau salubre, rétablissement des moyens de subsistance

De nombreuses personnes vivent dans des camps de fortune, exposés aux intempéries qui s’annoncent, avec la saison des pluies qui s’approche. Dans ces conditions, et avec un système immunitaire éventuellement affaibli, le risque d’augmentation des cas de paludisme, de dengue, de diarrhée et d’infections des voies respiratoires supérieures est élevé.

La Croix-Rouge forme entre 20 et 25 volontaires locaux à la prévention et au contrôle des épidémies. Des équipes de volontaires se sont déjà rendues dans les communautés pour promouvoir une bonne hygiène. Des matériaux pour les abris sont également distribués pour aider les familles à installer leurs tentes avant le début des pluies.

Soigner le corps, apaiser l’esprit

Le soutien psychosocial est également une priorité. Les personnes survivantes ont été témoins d’horreurs inimaginables le 28 septembre et continuent de faire face aux souvenirs. Les très nombreuses répliques (au moins 720 jusqu’au 18 octobre) entretiennent la crainte et empêchent de nombreux survivants de dormir.

Les équipes de soutien de la Croix-Rouge ont travaillé avec les enfants, les aidant à surmonter leurs peurs par le jeu. Les plans futurs comprennent un soutien accru aux adultes. À ce jour, plus de 400 personnes ont reçu des premiers secours psychosociaux. Cela complète les plus de 4 100 survivants traités pour des blessures physiques et des maladies dans les cliniques mobiles de la Croix-Rouge. Un dispensaire de la Croix-Rouge est installé à Tompe, dans la région de Sirenja. Les médecins, infirmières et sages-femmes locaux qui y sont actifs soignent en moyenne 70 patients par jour.

La Croix-Rouge élargit son dialogue avec les survivants grâce à l’utilisation de radios solaires. Au lendemain d’une catastrophe, il est essentiel que les voix des communautés touchées soient entendues. Grâce à une plateforme d’engagement communautaire pilotée par la Croix-Rouge indonésienne, 3 000 radios solaires seront distribuées dans les zones touchées. Une attention particulière sera accordée aux zones où il n’y a pas d’émissions de télévision ou de radio grand public, telles que Sirenja.