2755
Indonésie : L'aide de la Croix-Rouge atteint les communautés détruites à Palu et à Donggala

Indonésie : l’aide s’organise

05.10.2018

Une semaine après les tremblements de terre et le tsunami qui ont dévasté l’île de Sulawesi, les secours arrivent de plus en plus nombreux dans les communautés détruites. Les équipes de la Croix-Rouge sur place ont atteint des zones auparavant inaccessibles telles que Palu, Donggala et Sigi.

L’opération de la Croix-Rouge indonésienne porte essentiellement sur la distribution d’eau potable et de nourriture, l’assistance médicale et l’évacuation des survivants de la zone sinistrée.

Iris van Deinse, déléguée à la communication de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) à Palu, a déclaré: « De plus en plus d’aide arrive chaque jour (un avion vient d’arriver, avec des générateurs et des bâches du gouvernement néo-zélandais), et 70 tonnes de secours de la Croix-Rouge sont en route pour Palu. De nombreuses routes sont toujours impraticables et l’accès reste un défi majeur, mais nous apportons des marchandises par bateau et des volontaires acheminent de l’aide à pied vers des communautés isolées. Le choc et les traumatismes sont palpables, et la région est toujours touchée par des répliques une semaine après la catastrophe. Les équipes de la Croix-Rouge font tout leur possible pour réconforter les survivants et les évacuer vers des zones plus sûres de l’île. »

L’accès des secours a été entravé par la destruction des routes et des ponts dans les zones touchées. Pour accélérer les opérations de secours, la Croix-Rouge indonésienne a vidé cinq de ses entrepôts et chargé du matériel et des marchandises sur trois navires.

D’une zone à l’autre, les besoins ne varient que peu : soins, tentes, couvertures, nourriture pour bébés, couches, eau propre, bâches et nourriture.

Des équipes médicales ont mis en place des cliniques mobiles à Palu, Donggala et Sigi. Les médecins y traitent principalement des femmes et des enfants souffrant de plaies ouvertes, de fractures et de contusions. Ils signalent également une augmentation du nombre de cas de diarrhée, de problèmes d’estomac et de grippe, liés au fait que les survivants dorment dans la rue sans accès à de l’eau potable.

Les agences gouvernementales rapportent actuellement qu’au moins 1.581 personnes ont été tuées et plus de 2.500 blessées, sans compter les personnes disparues. Ce sont environ 160 000 personnes qui ont été touchées par le séisme et le tsunami à Sulawesi, ainsi que par la série de tremblements de terre ayant eu lieu dès le mois d’août sur l’île de Lombok.