2755
DSC00725ok

La Croix-Rouge luxembourgeoise et le CICR alertent sur la crise humanitaire dans la région du Lac Tchad.

04.10.2017

Une importante crise alimentaire met en péril la vie de millions d’êtres humains dans quatre régions du Centre et de l’Est de l’Afrique. La Croix-Rouge luxembourgeoise et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) travaillent ensemble pour venir en aide aux millions de personnes qui souffrent de la crise alimentaire.

Une crise humanitaire de grande ampleur

Mamadou Sow, coordinateur régional des activités du CICR en Afrique, a lancé un appel vigoureux à la mobilisation lors de sa visite au Luxembourg mardi 3 octobre. Il revient sur la situation aux abords du bassin du Lac Tchad : « Située au nord-ouest de l’Afrique, la région du lac Tchad – Nigéria, Niger, Cameroun, Tchad – a été déchirée par plusieurs conflits armés. Des civils ont été pris pour cible et tués. Plus de 2,4 millions de personnes ont été contraintes de fuir et ils sont plusieurs millions à avoir besoin de nourriture, d’eau, de refuges et d’accès à la santé. Nous devons les aider maintenant. »

Le CICR est la seule organisation à pouvoir se rendre dans des zones déchirées par les conflits et dans lesquelles les populations souffrent. L’organisation apporte aide, protection et assistance. « La population dans la région du Lac Tchad est confrontée à une crise alimentaire qui risque de s’aggraver. Cette crise résulte de sécheresses pluriannuelles dues au changement climatique mais aussi de conflits prolongés. »

 

« Nous avons besoin de moyens tout de suite. »

« En outre, les conflits qui se produisent dans les pays confrontés à la crise alimentaire se caractérisent par des violations des principes les plus fondamentaux du droit international humanitaire. Nous avons besoin de moyens tout de suite pour sauver des vies et préserver l’espoir. », continue-t-il Mamadou Sow. La nature des conflits change avec l’augmentation rapide des groupes armés qui se sont organisés différemment ces dernières années. Le CICR s’adapte à cette nouvelle réalité pour pouvoir apporter de l’aide rapidement aux populations touchées.

Alors que le CICR est appelé à intervenir toujours davantage dans les zones de conflits, ses ressources subissent une pression croissante. De nombreuses crises sont aujourd’hui sous-financées, en particulier celles qui ne font plus la Une dans les media.

C’est pourquoi la Croix-Rouge luxembourgeoise soutient le CICR financièrement dans de nombreux autres contextes. En 2016, l’organisation luxembourgeoise avait réussi à mobiliser plus de 200 000 euros grâce à la générosité de ses donateurs. Au début de cette année, dans le cadre d’un première alerte face à une crise alimentaire qui s’annonçait, due aux sécheresses consécutives et aux conflits armés, dans les pays comme la Somalie, le Soudan du Sud ou encore ceux autour du bassin du lac Tchad la Croix-Rouge luxembourgeoise a débloqué 1 000 000 euros. La moitié a été versée directement au CICR pour apporter de l’aide urgente aux personnes menacées par la crise alimentaire. La deuxième moitié a été utilisée pour réaliser des projets dans le même contexte avec notre société-sœur, la Croix-Rouge nigérienne. Pourtant, cela reste insuffisant : le CICR a besoin de davantage d’aide pour agir maintenant face à l’ampleur de la crise alimentaire. C’est pour cette raison que la Croix-Rouge luxembourgeoise appelle au don pour soutenir les activités du CICR.

 

Etroite collaboration

Dans les zones de conflit, le CICR travaille en étroite collaboration avec ses partenaires du Mouvement, dont la Croix-Rouge luxembourgeoise, notamment au Niger. Forte de son expertise en abris et en reconstruction de l’habitat, la Croix-Rouge luxembourgeoise apporte son aide aux réfugiés nigérians et déplacés nigériens dans la région de Diffa, au Sud-Est du Niger et travaille étroitement avec le CICR et la Croix-Rouge nigérienne.

Marc Crochet, directeur général adjoint de la Croix-Rouge luxembourgeoise explique : « Nous avons construit plus de 200 maisons et fourni 4 000 abris, mais à cause du conflit, ces personnes ne peuvent pas cultiver les terres. Sans l’aide apportée par le CICR, ces personnes sont dans le dénuement le plus complet et ne peuvent pas avoir accès à de la nourriture. » La situation d’insécurité dans le Nord du Nigéria a en poussé plusieurs centaines de milliers de personnes à chercher refuge dans les pays voisins, entre autres au Niger et plus particulièrement dans la région de Diffa. La Croix-Rouge luxembourgeoise fournit des abris d’urgence adaptés aux conditions climatiques ainsi que des abris d’urgence, des maisons en banco aux réfugiés, aux déplacés et aux communautés hôtes de la région de Diffa.

 

Le CICR, symbole d’espoir pour ceux qui souffrent de la guerre

Créé en 1863, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) fournit une assistance humanitaire aux personnes touchées par un conflit ou une situation de violence armée et fait connaître les règles qui protègent les victimes de la guerre. Institution neutre et indépendante, son mandat découle essentiellement des Conventions de Genève. Basé à Genève, en Suisse, le CICR emploie quelque 16 000 personnes à travers le monde. Le CICR, avec le soutien de l’ensemble du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, n’a cessé de demander instamment aux gouvernements d’adapter le droit international humanitaire à l’évolution des conflits, en particulier à l’évolution moderne des méthodes et moyens de guerre, de manière à fournir une protection et une assistance plus efficaces aux victimes de conflits. Aujourd’hui, tous les États sont liés par les Conventions de Genève qui garantissent la protection des blessés des forces armées, des prisonniers de guerre et des civils lors de conflits armés.