2755
DSCN0117

Conflit civil au Nigéria : Deux questions à Cristoforo Damiano, gestionnaire de projets internationaux

20.09.2015

La Croix-Rouge luxembourgeoise est très active au Niger pour soutenir la population du Nigéria qui fuit Boko Haram. Quelles ont été ses actions jusqu’à ce jour ?

 

« Les exactions de Boko Haram au Nigéria ont poussé à l’exode plusieurs centaines de milliers de personnes, principalement vers le centre-sud du Nigéria, le Cameroun et le Niger. Depuis janvier 2013, la Croix-Rouge luxembourgeoise travaille à Diffa au Niger, conjointement avec la branche régionale de la Croix-Rouge nigérienne, pour couvrir les besoins de base, principalement dans le domaine de l’habitat, de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, des populations fuyant la violence.

 

La Croix-Rouge luxembourgeoise a déjà fourni plus de 6 000 abris d’urgence et près de 1 000 maisons en banco en faveur des réfugiés. Elle porte également assistance aux personnes les plus vulnérables de la communauté locale accueillant des réfugiés dans leur habitation. Par ailleurs, 650 latrines unifamiliales, cinq centres de traitement des déchets ont été construits et plusieurs points de distribution d’eau potable ont été réalisés afin d’améliorer l’assainissement et limiter la propagation de maladies hydriques, tel que le choléra. »

 

Quel est l’état de la situation ? Quels sont les défis, les actions prévues ?

 

« A Diffa, la situation est très précaire, d’une part, à cause du faible nombre d’acteurs humanitaires présents et, d’autre part, en raison de l’impossibilité pour la communauté locale – déjà trop sollicitée depuis presque trois ans – d’assurer les besoins de base. La situation est aussi très préoccupante d’un point de vue humanitaire et sécuritaire. Depuis février 2015, suite à l’attaque de Boko Haram sur le sol nigérien, l’état d’urgence a été proclamé dans cette région, pénalisant fortement l’économie locale. Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) et les autorités nigériennes ont désormais ouvert deux camps de réfugiés afin d’éloigner ces populations de la frontière avec le Nigéria. Les conditions de vie y sont difficiles, tout comme pour les personnes hébergées chez les familles d’accueil. Les perspectives de retour à court terme sont peu probables. La Croix-Rouge luxembourgeoise espère pouvoir continuer à accompagner et à assister ces populations déplacées. »