2755
Pierre distribue des radios / lampes solaires avec leur mode d'emploi.

Népal, trois mois après le séisme

19.08.2015

La Croix-Rouge luxembourgeoise, active au Népal depuis 2008, a envoyé deux personnes sur place dans le cadre de l’ERU Relief (Emergency Response Unit), Pierre Grandidier et Jordane Hesse. L’ERU Relief pour la Croix-Rouge Benelux est déployée conjointement avec la Croix-Rouge américaine et la Croix-Rouge danoise. Il s’agit de la 4e et dernière rotation de l’opération d’urgence en réponse aux tremblements de terre au Népal des 25 avril et 12 mai 2015.

La Croix-Rouge luxembourgeoise poursuit son engagement

L’ERU est une unité d’intervention d’urgence, composée de volontaires issus des Croix-Rouge de Belgique, des Pays-Bas et luxembourgeoise, et fait partie des 35 équipes ERU constituées dans la cadre du dispositif global de réaction aux catastrophes mis en place depuis la fin des années 90 par la Fédération internationale des Sociétés de Croix-Rouge et du Croissant Rouge (FISCR).

>> Plus d’infos sur l’ERU <<

Pierre Grandidier et Jordane Hesse sont sur place pour travailler avec la Croix-Rouge Népalaise et évaluer les besoins des personnes vulnérables : « Nous sommes arrivés au Népal le 22 juillet en pleine mousson. Après un briefing très dense au quartier général des opérations de la fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, je suis parti comme chaque délégué ERU Relief dans ma région d’affectation, Kabhrepalanchok. », explique Pierre Grandidier. « Sur le terrain, l’évaluation des bénéficiaires n’est pas évidente, les familles vulnérables n’étant pas seulement celles dont la maison a été totalement détruite. En effet, il faut entrer chez chacun pour se rendre compte des nombreuses fissures causées par les 2 tremblements de terre du 25 avril et du 12 mai 2015 (magnitudes respectives de 7,8 et 7,3 sur l’échelle de Richter), qui rendent la plupart des maisons inhabitables. En effet, avec des répliques quotidiennes d’une magnitude supérieure à 4, ces maisons présentent un risque d’effondrement réel, et des centaines de milliers de familles sont ainsi obligées de vivre dans des abris de fortune. »

Quant à Jordane Hesse, elle est partie, pour cette mission, en tant que « I. M. » (Information Management) : « Cette fois je suis « I M » (information management), ce qui consiste à centraliser les informations des délégués pour suivre en direct l’évolution de la situation dans les 14 zones de distribution et pouvoir ainsi adapter au plus vite les plannings. », explique-t-elle. « 

Jordane Hesse mène un travail essentiel de retraçage des distributions avec la Croix-Rouge népalaise.

Jordane Hesse mène un travail essentiel de retraçage des distributions avec la Croix-Rouge népalaise.

En parallèle, je travaille avec les équipes de la Croix-Rouge népalaise pour retracer de A à Z toutes les distributions effectuées dans chaque district. Cela permet non seulement de procéder à une vérification interne mais également de préparer chacun à fournir des données précises à toute demande externe,  dans un but de transparence et d’éventuel audit. Les conclusions sont positives et le travail effectué par la Croix-Rouge népalaise pour aider les familles les plus touchées est incroyable compte tenu du contexte : glissements de terrain pendant la mousson, grèves dues au changement de constitution, relief montagneux rendant chaque déplacement difficile… Ce travail est dans l’ombre du feu de l’action du terrain, mais il permet de prendre du recul pour clôturer l’opération et en retirer des améliorations pour la suite car si les opérations d’urgence s’achèvent, des projets de reconstruction prennent maintenant le relais. Je vais ainsi à la rencontre des 14 équipes de la Croix-Rouge Népalaise dans chaque district. Leur dévouement est exemplaire, allant parfois jusqu’à vouloir faire des dons personnels pour pouvoir inclure plus de personnes touchées à l’opération ERU Relief. Car même si l’aide internationale a répondu généreusement à l’appel lancé par le Népal, elle reste néanmoins inférieure aux besoins que nous espérons voir couverts par les projets à venir. »

 

Témoignage de Pierre Grandidier

Au niveau des activités de l’équipe ERU relief, nous travaillons avec la Croix-Rouge népalaise, qui vient en soutien auprès de 40 000 familles avec la distribution d’un package comprenant 15 000 roupies (équivalent à 140 EUR), 2 bâches, 2 couvertures, un kit de cuisine, une petite radio/lampe solaire et un kit d’outil pour abri d’urgence.

Ces activités de distribution sont ralenties par un contexte particulièrement difficile :

  • Un relief extrêmement montagneux avec de très rares routes goudronnées, sur lesquelles les risques de glissement de terrain est omniprésent du fait des fortes pluies de la moussons.
  • Une situation politique tendue, rythmée de nombreuses grèves et manifestations car le pays est en plein travail de rédaction de sa constitution
2015-08-12-Nepal response Mangaltar distribution

Cliquez ici pour voir des photos de l’intervention de l’ERU Relief sur place

Ainsi, bien que ma zone d’intervention ne soit qu’ à 70 km de Katmandou, il faut entre 5 et 8 heures de route pour s’y rendre, dépendant notamment de la possibilité de traverser une rivière et de la praticabilité des étroites pistes de montagnes avec les véhicules 4×4 et les camions transportant le matériel à distribuer.

Une fois sur place s’ensuivent les opérations de déchargement et d’inventaire, après lesquelles nous pouvons enfin distribuer auprès de 400 à 700 bénéficiaires quotidiennement, pour lesquels, après parfois plusieurs heures de marches, notre intervention représente non-seulement une aide matérielle, mais aussi un soutien psychologique et un signe qu’ils n’ont pas été oubliés dans cette tragédie.