2755
BRE_Tsunami_10ans_640

Tsunami 10 ans après : retour sur le terrain

14.12.2014

Dès les premières heures qui ont suivi le raz-de-marée du Golfe du Bengale du 26 décembre 2004, la Croix-Rouge luxembourgeoise a lancé un appel de fonds à la population luxembourgeoise. Grâce à une formidable mobilisation, la Croix-Rouge luxembourgeoise a pu intervenir dans l’urgence pour aider à répondre aux besoins primaires des victimes. Puis, elle s’est engagée dans des programmes à plus long terme au Sri Lanka et en Indonésie. Christophe Dupont, délégué international, est retourné au Sri Lanka en octobre 2014 pour prendre des nouvelles des bénéficiaires d’un projet de reconstruction de près de 800 maisons dont il avait coordonné la construction à l’époque.

 

Christophe Dupont, délégué international en charge du projet Sri Lanka, Marc Crochet, directeur général adjoint de la Croix-Rouge luxembourgeoise, et le Dr Christian Huvelle, directeur du service Humanitaire de la Croix-Rouge luxembourgeoise

En coordination avec les autres acteurs humanitaires, la Croix-Rouge luxembourgeoise s’est lancée, ensemble avec la Croix-Rouge de Belgique, dans la réhabilitation d’une petite bourgade du nom de Beruwala à environ 35 kilomètres au sud de la capitale Colombo. Outre le nettoyage des côtes et la reconstruction des maisons détruites, le programme visait à donner aux habitants un soutien psycho-social et à restaurer des moyens de subsistance afin de leur permettre de retrouver un cadre de vie acceptable. « Le nettoyage a débuté au nord de Beruwala par un véritable travail de fourmis. », explique Christian Huvelle, directeur du service Humanitaire de la Croix-Rouge luxembourgeoise. Maison par maison, chemin par chemin, ce lourd travail de nettoyage a permis de rendre aux victimes un environnement vivable.

Le nettoyage de la bande des 100m sur les côtes, zone décrétée impropre à l’habitation par le gouvernement sri-lankais, a également été effectué. Les familles habitant dans cette bande se sont vu refuser le droit de reconstruire ou de réparer leur maison au même endroit en raison des risques qu’une nouvelle catastrophe n’ait des implications meurtrières. La Croix-Rouge luxembourgeoise a donc développé deux programmes de reconstruction distincts portant sur un total de 300 maisons :

  • Reconstruction de maisons pour ceux qui avaient un terrain en dehors de cette zone interdite à la construction
  • Construction de maisons pour ceux qui ont tout perdu (terrain et maison) et pour qui de nouveaux villages ont dû être bâtis

Que sont devenus les bénéficiaires de ce projet 10 ans après le tsunami ? Christophe Dupont est allé à leur rencontre

Maison construite il y a 10 ans et très embellie depuis

Afin d’évaluer l’impact à long terme du programme de reconstruction au Sri Lanka, Christophe Dupont, délégué international de la Croix-Rouge luxembourgeoise au Sri Lanka suite au tsunami de 2004, s’est rendu sur place en octobre 2014. « Il y a peu de mots pour traduire l’émotion profonde de ces retrouvailles avec ceux avec qui j’ai partagé des moments forts. », confie-t-il. « Chacune de mes visites de maisons a été l’occasion de recevoir les remerciements profonds de la part des familles. »

La mission de Christophe Dupont au Sri Lanka a permis de recueillir des données précieuses :

  • techniques : matériaux, statique, durabilité, adaptation au climat
  • urbanistiques : impact du lieu d’implantation, organisation de la vie sociale
  • sociales : adéquation aux habitudes et usages culturels

Les constats effectués seront mis à la disposition de l’unité de recherche en abris d’urgence, lIFRC Shelter Research Unit, pour enrichir l’expérience du Mouvement international de la Croix-Rouge en matière de reconstruction post-urgence suite à des catastrophes humanitaires.

Pour plus d’informations téléchargez le communiqué de presse.

Plus de photos sur l’album Flickr

 

Découvrez plus d’informations sur les actions menées par la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans les zones sinistrées du tsunami